A l’audience du procès de Laurent Gbagbo et de Charles Blé Goudé, jeudi 30 mars 2017, le substitut du procureur Eric Mcdonald a été désavoué par le juge-président Cuno Tarfusser. Son objection à une question de Me Altit au témoin Guiai Bi Poin a été rejetée par le juge.

Eric Mcdonald s’est opposé à une question de Me Altit invitant le témoin à divulguer le nom d’un fonctionnaire de l’Onu qui a formé des gendarmes ivoiriens en droit humanitaire. Le Général Guai Bi Poin avait mentionné le nom de l’onusien dans un courrier que le bureau du procureur a récupéré lors des enquêtes à Abidjan. Mais, le procureur a expressément biffé le nom du formateur onusien, selon parce qu’il veut protéger le nom de ce dernier. Evoquant pour motif la mort des onusiens, récemment au Congo.

Une attitude qui fâché Me Altit. « Nous sommes en droit ici », s’est irrité l’avocat de Gbagbo. Puis de dire son mécontentement vis-à-vis de la méthode du procureur.  « Je note encore une fois que quand il s’agit de l’Onu, Il y a une tentative de maintenir une forme d’obscurité sur les actions de l’Onu, des membres de l‘Onu etc. »

Ayant fait savoir à la Cour que le général a un exemplaire dudit courrier dans ses affaires à La Haye, le juge-président a ordonné à Guiai Bi Poin de le lui apporter à l’audience du vendredi 31 mars. Pourquoi il n’est pas venu avec ce courrier au tribunal, le général de division a répondu qu’on lui a dit qu’on ne vient au procès avec des documents.