Une délégation de la direction du Front populaire ivoirien (FPI, opposition), conduite par la secrétaire générale Agnès Monnet, n’a pu tenir son meeting samedi à Divo, en raison d’une violente opposition d’un groupe de militants.

 

Des insultes, des menaces, des jets de pierres et la casse ont jalonné toute la matinée de samedi les alentours du centre culturel de Bada où devait se tenir la rencontre.

Les militants en provenance de Hiré, Guitry, Lakota et d’autres localités qui attendaient dans la salle les officiels du parti ont dû prendre leurs jambes à leurs cous devant la montée de la violence, en dépit de la présence des forces de l’ordre.

Agnès Monnet n’a pu se rendre au centre culturel de Bada et est restée invisible jusqu’à la fin des hostilités.

 

Le 12 avril, une rencontre de la même formation politique avait été dispersée par les forces de l’ordre au motif que les animateurs dont Michel Gbagbo n’avaient pas qualité à s’exprimer au nom du FPI, rappelle-t-on.

Michel Gbagbo a toutefois eu l’opportunité de s’adresser brièvement aux militants avant de s’éclipser.
AIP