Des échauffourées ont éclaté hier matin entre des militants de la Fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire (Fesci) et ceux de l’Association générale des élèves et étudiants de Côte d’Ivoire (Ageeci), proche du pouvoir. Les violences ont eu lieu au quai Chu de Cocody contrôlé depuis plusieurs mois par la Fesci.

 

Les militants de l’Ageeci ont tenté prendre par la force, le contrôle de ce quai lorsque des fescistes ont réagi en repoussant les «assaillants».

Bilan de cette bagarre, de nombreux étudiants blessés. En début d’après-midi, des militants de l’Ageeci, armés de gourdins, pierres etc. menaçants, entonnaient des chansons de guerre en courant dans tous les sens sur le campus et même en dehors (au vu et au su des policiers en faction devant l’Ecole nationale de police).

 

On se rappelle qu’en 2015, des violences similaires ont éclaté au même quai entre ces deux organisations syndicales estudiantines. Un étudiant en master 2, militant de la Fesci, a été assassiné, à la cité universitaire de ce campus où des individus, ont tenté de déloger des militants de la Fesci d’une résidence universitaire et commis de nombreux dégâts matériels.

 

Le contrôle des deux quais (côté Chu et école de police) est pour les organisations syndicales, le symbole de la puissance, de l’autorité et du leadership.

sosurce lecri