"J'ai porté plainte pour faux et usage de faux, et saisi la justice pour le report du Congrès et pour obtenir l'invalidation de la décision du Comité de contrôle concernant la candidature du Président Laurent Gbagbo", a-t-il dit.

Pour Affi N'guessan, il n'y a aucune autre alternative à par sa candidature à la tête du FPI pour faire libérer Gbagbo qui a "besoin de lui", alors qu'il le combat au même moment et l'accuse de faux et usage de faux concernant sa lettre notariée, sans oublier qu'il demande le report du Congrès: "Je tiens et je ne lâcherai pas car Laurent Gbagbo a besoin de moi pour le libérer car Il n'y a pas d'alternative en dehors de nous, c'est pourquoi je maintiens ma candidature à la présidence du FPI".
C'est selon lui la raison pour laquelle il a engagé trois actions en justice: "J'irai jusqu'au bout et je ne lâcherai rien, c'est pourquoi j'ai engagé 3 actions en justice à savoir:
1. Je porte plainte contre X pour faux et usage de faux.
2. Je fais une saisine de la Justice pour le report du Congrès.
3. Je fais une saisine de la Justice aux fins d'invalidation de la décision du Comité de Contrôle".

Pour le président sortant du FPI, "la signature imitée sur le courrier est une imitation non maîtrisée". "J'ai fait expertiser la signature du président Gbagbo par un cabinet d’experts international. Celui-ci a conclu que la signature est une imitation mal maîtrisée", dira-t-il à ce sujet. Et Affi d'affirmer: "Le document est faux, spécialement fabriquée par un réseau de faussaires a la solde des frondeurs donc on en tire toutes les conséquences".