15/09/2014 source LE NOUVEAU COURRIER
Les populations de Prikro, première étape de la visite d’Etat entamée hier par Alassane Ouattara dans la région de l’Iffou, ne sont pas contentes. Elles ne cachent pas leur déception à
l’issue du meeting que le chef de l’Etat, en campagne pour les élections de 2015, a animé dans leur localité. C’est qu’en
dehors des véhicules dont le corps préfectoral a été doté, de deux ambulances destinées aux centres de santé de deux
sous préfectures et de trois ou quatre tracteurs pour le ramassage des ordures, Prikro n’a rien obtenu. Face à la
principale doléance des populations, le bitumage des voies menant à ce département enclavé, Ouattara a en effet
botté en touche. Alors que les populations s’attendaient à ce qu’il prenne un engagement ferme de lancer le projet de
construction de la route qui leur tient à coeur, le chef de l’Etat aurait répondu laconiquement que cela se ferait bientôt.
Une réponse qui n’est pas du goût des Anoh fouê, qui estiment que c’est une façon de se débarrasser d’eux que
d’être ainsi évasif. «Il nous a vendu du vent. On a mobilisé les populations et on s’est déplacé en grand nombre pour le
convaincre d’engager les travaux pour le bitumage de l’axe menant à Prikro et des principales rues de la ville ; afin de désenclaver notre département. C’est de l’escroquerie que de voir en nous un simple bétail électoral», soutiennent
des ressortissants de Prikro qui ne décolèrent pas. Ils sont d’autant plus ulcérés que Ouattara leur «demande
d’être à (ses) côtés aux prochaines élections ».