La rencontre entre la base et la délégation du Fpi conduite par Adèle Dédi et Sanogo Mamadou, le samedi 25 avril 2015 à Agboville a permis de connaître le financier d’Affi N’guessan depuis sa sortie de prison.

Mme Adèle Dédi, vice-présidente du Fpi, a expliqué la crise qui secoue son parti depuis le 4 juillet 2014, date de la publication de la liste du secrétariat général. Pour elle, la fronde ne se justifie pas dans la mesure où les arguments des frondeurs ne tiennent pas debout.

« Beaucoup de rumeurs et beaucoup d’informations vous sont parvenues et vous ont mis en doute (…) Le président Affi N’guessan nous a demandé de venir dire notre part de vérité », a dit l’ancienne maire d’Issia.

Et d’ajouter que ce sont les mêmes méthodes "savamment orchestrées par Alassane Ouattara contre le président Laurent Gbagbo pour le conduire à la Cpi qui ont cours aujourd’hui au sein de son propre parti’’.

Elle a invité les militants à la vigilance et à la retenue, faute de quoi le Fpi pourrait pâtir gravement de la situation actuelle.

« Après avoir boycotté les élections municipales et régionales, doit-on continuer à boycotter les autres élections en attendant la sortie du président Laurent Gbagbo ? », s’est interrogée la présidente du prochain congrès du Fpi.

Elle a indiqué que le parti, en agissant ainsi, court le gros risque de se voir vider de son beau monde vers d’autres partis.

« La politique, ce n’est pas la force. C’est un ensemble de stratégies et l’intelligence qui font la politique. Et contrairement à ce qu’on raconte, ce sont les frondeurs qui ont reçu l’argent du pouvoir », a-t-elle martelé.

Lui succédant, Sanogo Mamadou, secrétaire national chargé de l’Administration, a levé un coin de voile sur le financier d’Affi N’guessan : « Les gens disent beaucoup de choses mais la vérité est là. À sa sortie de prison, le camarade président a dû emprunter 43 millions FCFA à M. Amalaman Gilbert, son ex-directeur de cabinet. Il n’a remboursé cette somme qu’après le dégel de ses avoirs».

Il s'est offusqué d’entendre dire que son patron est en deal avec le pouvoir d’Alassane Ouattara. « Affi vit dans une maison 10 m2 qu’il loue d’ailleurs et on dit qu’il aurait reçu 6 milliards FCFA. C’est absurde tout ça. C’est Nady Bamba, Demba Traoré et Stéphane Kipré qui entretiennent cette crise ».

« Je suis un militant du Fpi et pro-Gbagbo mais je me réjouis de cette rencontre parce qu’elle a apporté beaucoup de réponses aux nombreuses inquiétudes des militants que nous sommes. Toutefois, je suis légaliste donc je suis celui qui, jusqu’à preuve contraire, est le président statutaire du parti. », a lâché Adou Gbalé, cadre ressortissant d’Attobrou.


Publié le mercredi 29 avril 2015 | L’intelligent d’Abidjan