Nous sommes en 445 avant Jésus, à 320 km de Babylone, dans la ville de Suse, la capitale de la Perse. Une dizaine d'hommes arrivent de la ville de Juda, fatigués de leur voyage. Un homme les questionne au sujet des juifs rescapés de la captivité, et de l'état de Jérusalem. Les nouvelles sont mauvaises : non seulement les rescapés sont dans de grandes souffrances et dans un terrible malheur, mais la muraille de Jérusalem a des brèches, et ses portes sont brûlées par le feu.

Plusieurs réactions face au besoin :
Cette situation suscite plusieurs réactions : les juifs souffrent terriblement, les hommes de Juda se sentent impuissants, et les ennemis se réjouissent.

Nous sommes dans la même situation aujourd'hui : devant le monde qui souffre, les croyants se sentent souvent impuissants, et les ennemis de Dieu se réjouissent. Beaucoup de croyants se plaignent ou discutent au sujet de l'avancée du mal sur la terre, des lois et des projets anti-Dieu, de l'abondance du péché à la télévision, au cinéma, et dans les villes, mais peu vont faire vraiment en sorte que les choses changent, car chacun se sent impuissant.

Toutefois, devant la situation de Jérusalem, un homme eut une autre réaction. Lorsqu'il entendit les paroles des hommes de Juda, il fut profondément touché : il pleura amèrement, se priva de nourriture, et pendant plusieurs jours, de jour comme de nuit, il cria à Dieu pour que les choses changent. Son nom était Néhémie.

Néhémie était semblable à David devant Goliath, regardant, non pas à ses propres forces, mais à la puissance de Dieu qui change l'impossible en possible et qui transforme le mal en bien. David prit sa fronde et quelques pierres, et alors qu'il mit sa confiance en Dieu et qu'il jeta sa pierre, la puissance de Dieu accompagna cette pierre et tua le géant. La foi dans la possibilité de Dieu rendit l'impossible possible.

Le coeur de David
La Bible ne dit pas que Néhémie reçut un appel de Dieu pour changer les choses, mais la Bible nous raconte que cet homme avait un coeur différent, comme le coeur de David. Le « coeur de David », c'est le coeur des hommes et des femmes qui ne comptent pas sur leurs propres forces, mais sur Dieu. Le « coeur de David », c'est un coeur confiant en Dieu, vivant pour Dieu, donnant à Dieu.

Néhémie dit au peuple de Dieu :

Néhémie 2 : 17
17 Je leur dis alors: Vous voyez le malheureux état où nous sommes ! jérusalem est détruite, et ses portes sont consumées par le feu ! Venez, rebâtissons la muraille de Jérusalem, et nous ne serons plus dans l'opprobre.

La réaction du peuple ne se fit pas attendre, ils dirent : « Levons-nous, et bâtissons ! ». Oh cela me rappelle cette résolution que firent les hommes de Babylone : « Bâtissons-nous une ville et une tour dont le sommet touche au ciel, et faisons-nous un nom ! » (Gen 11:4). Or, Néhémie et le peuple s'unirent, non pas « pour se faire un nom », mais « pour que le nom de Dieu soit élevé ».

Le chapitre suivant nous cite le nom des gens qui s'allièrent avec Néhémie pour reconstruire la muraille de Jérusalem. Chacun se mit au travail, mais alors que les travaux avançaient, les ennemis se levèrent :

Néhémie 3 : 33-34
33 Lorsque Sanballat a appris que nous étions en train de reconstruire la muraille, il s'est mis en colère et s'est montré très irrité. Il s'est moqué des Juifs 34 et a dit devant ses frères et devant les soldats de Samarie: «Que font donc ces misérables Juifs ? Va-t-on les laisser faire ? Vont-ils offrir des sacrifices ? Vont-ils finir leur tâche dans la journée ? Vont-ils redonner vie à des pierres ensevelies sous des tas de poussière et réduites en cendres ?»

Répondre à l'appel de Dieu
En 2004, lorsque nous avons reçu la vision du site enseignemoi.com, nous avons vécu cette situation. Avec Michael Lebeau, nous visitions des pasteurs, et nous parlions de la vision, et plusieurs personnes se moquaient en ne voyant en nous que deux jeunes hommes de 21 ans. Des milliers de personnes, partout dans la francophonie, souffraient d'un manque d'enseignement, et Dieu mit en nous un fardeau : « Mon peuple périt faute de connaissance » (Osée 4:6). Nous voulions répondre à l'appel de Dieu. Avec une petite équipe, nous avons construit un site internet qui est devenu un véritable instrument entre les mains de Dieu : nous ne pouvons pas même compter le nombre de gens qui ont été sauvés, remplis du Saint-Esprit, fortifiés, guéris, enseignés. Dieu a touché des milliers de personnes par sa grâce et par sa puissance, car quelques jeunes ont su répondre à l'appel de Dieu.

Néhémie, lui, n'a reçu aucun appel. Il a suivi l'appel de son coeur. Son amour pour Dieu et son peuple et son désir que Dieu soit honoré s'est transformé en un véritable appel. La Bible nous dit qu'après que les ennemis se levèrent, « le peuple prit à coeur ce travail ». L'appel que reçut le peuple fut l'appel que Néhémie leur donna. Il leur expliqua comment « la bonne main de Dieu était sur lui », comment leurs frères souffraient, et la situation de Jérusalem. Ne cherchant pas son intérêt, mais cherchant à toucher leur coeur, il savait que sans eux, rien ne pourrait changer. Éliachib, Zakkour, Merémoth, Mechoullam, Tsadoq, et les nombreux autres, chacun d'eux était important, tous avaient leur rôle à jouer.

Un appel « afin que les choses changent ».
L'appel que j'aimerais vous faire, mes frères et soeurs, c'est un appel « afin que les choses changent ».

Il existe encore des millions de personnes à sauver, des millions de croyants qui chaque jour souffrent par manque d'enseignement. Et nous pouvons toucher ces millions de personnes en continuant à diffuser l'évangile sur internet, et en commençant à le diffuser à la télévision. Que ferez-vous pour que les choses changent ? Allez-vous rester les bras croisés, ou prier sans faire quelque chose de concret pour changer les choses ? L'appel que je vous fais est clair : je vous appelle à donner. Je vous appelle à investir de l'argent dans le Royaume de Dieu « afin que les choses changent ».

J'aimerais préciser quelque chose : je ne vous appelle pas à donner pour vous-même, je ne vous appelle pas à donner pour être béni en retour, je vous appelle à donner sans rien attendre en retour, à faire une offrande totalement désintéressée. L'appel que je vous fais, à vous qui lisez ces lignes, est de faire une offrande d'une pureté absolue. Je ne vous demande pas de donner plus que ce que vous pouvez, je ne vous dis pas que Dieu vous ordonne de donner, mais je vous encourage à donner selon votre amour pour Dieu et son royaume.

Il y a 9 ans, une poignée de personnes ont soutenu financièrement la petite association que nous avions ouverte. Nous ne leur avions rien promis, nous leur avions simplement exposé la vision que Dieu nous avait donnée. Ils avaient simplement la possibilité de changer le monde. Grâce à leur amour manifesté par leurs dons, je le répète : manifesté par leurs dons, ces gens ont changé la destinée de milliers de personnes.

Chaque fois que le destin éternel d'une personne a été changé par la nouvelle naissance de celle-ci sur le site enseignemoi, chaque fois qu'un homme ou une femme a été béni(e) sur le site, cela a été grâce à eux. Chaque fois que vous avez été béni sur enseignemoi, cela a été grâce à eux.

La reconstruction des murs de Jérusalem et la remise en place du culte envers Dieu furent rendues possibles grâce à Néhémie, Tsadoq et ceux qui investirent dans cette vision.

Vous vous sentez peut être insignifiant ou impuissant devant le besoin immense du salut et de l'édification des millions de francophones autour de vous, mais vous pouvez agir concrètement en vous unissant à nous pour répondre à l'appel de Dieu en faisant un don aujourd'hui.

9 ans après la sortie d'enseignemoi, l'appel de Dieu est d'annoncer l'évangile, non seulement sur internet, mais à la télévision. Que ferez-vous pour la francophonie ? Que ferez-vous « pour que le nom de Dieu soit élevé » ? Je vous encourage à donner, maintenant.

Merci pour votre amour.
Jeremy Sourdril