Un élément de la GR manque d’assassiner l Wattao

Un élément de la GR manque d’assassiner l Wattao

 

Wattao vient de l’échapper belle après un tir à bout portant de l’un de ses éléments de la garde républicaine. Le lieutenant-colonel s’était rendu précipitamment à la base de leur unité où l’élément concerné était en pleine crise de démence.

 

 

Le colonel Wattao échappe à un assassinat de justesse

 

La journée du jeudi 2 mars a failli être fatale au lieutenant-colonel Issiaka Ouattara dit Wattao. Et pour cause, l’un de ses éléments a tenté de le faire passer de vie à trépas. En effet, le nouveau commandant de la Garde républicaine s’est fait tirer dessus par un militaire hystérique. Ainsi que l’explique une source proche du dossier : « Ce jeudi 2 mars 2017 aux environs de 16 H, un élément de la Garde républicaine, interné auparavant à l’hôpital Psychiatrique de Bingerville a piqué sa crise. Aussitôt informé de la situation, le Colonel Wattao a quitté son bureau au Palais présidentiel pour se rendre sur les lieux. » Puis, il ajoute : « Pris de Panique en voyant son patron, il a tiré à bout portant avec sa Kalachinikov sur le Colonel Wattao, mais la balle n’a pas eu d’effet sur le Chef de corps. » Il y aurait donc eu plus de peur que de mal.

 

À la suite de cet incident qui aurait pu avoir une fin tragique, le militaire indélicat a été maitrisé. Il a été par ailleurs placé en lieu sûr afin d’éviter un autre débordement du même genre. Cependant, cette situation pose le délicat problème de la qualité des hommes qui composent cette unité commise à la sécurisation des Institutions de la République. Comment s’est-il fait le recrutement des hommes pour qu’un ancien aliéné fasse partie de cet effectif ? Les autres ont-ils la formation requise pour intégrer cette force ? Quelle disposition prendra la hiérarchie militaire pour éviter que ce genre d’incidents se reproduisent ? Que serait-il advenu si le pire s’était produit ?

 

En attendant de trouver des réponses aux interrogations qui taraudent l’esprit des observateurs, le calme semble revenu dans le camp de la Garde républicaine de Treichville qui continue également de se poser mille-et-une questions.

 

source http://www.afrique-sur7.fr/44483/cote-divoire-un-element-de-la-gr-manque-dassassiner-le-lt-col-wattao/