Par Ange Tiémoko

 

La police ivoirienne a dispersé par des tirs nourris dans la nuit de mercredi à jeudi, entre 22H30 et 02H00 (GMT et locale), des manifestants qui tentaient de venger l’un des leurs décédé à la suite d’une rafle mardi à Yamoussoukro (capitale politique), sans faire de victime, a rapporté une source sécuritaire, à Alerte Info.

 

« C’est au quartier Dioulabougou (centre-ville), dans les environs du 2e arrondissement de police que toute la scène s’est produite », a affirmé un agent des Forces de l’ordre de la ville qui dit avoir été « appelé en renfort vers minuit ».

 

 

 

« Nous avons été informés que les frères d’armes ont été attaqués à l’arme blanche, des gourdins, et plusieurs autres objets concordants, par un groupe de jeunes du quartier. C’est pourquoi nous sommes venus en soutien en exécutant des tirs de sommation jusqu’à ce qu’ils rentrent chez eux », a-t-il confié.

 

Selon plusieurs autres témoignages de riverains, « il s’agit d’un groupe de jeunes du quartier Dioulabougou qui se sont attaqués aux agents de la police de leur zone pour venger la mort d’un ami que ceux-ci ont raflé ».

 

« L’individu en question, un couturier, résident dans le même quartier a été raflé mardi vers 21H00 par la police alors qu’il revenait de son atelier. Transporté dans le véhicule des Forces de l’ordre, il a fait une mauvaise chute en voulant s’échapper. Evacué à l’hôpital, il est décédé mercredi des suites à ses blessures ».

 

Jeudi vers 8H00, seulement quelques blessés légers avaient été signalés tant du côté des manifestants que de la police, et le calme était revenu, a constaté un journaliste de ALERTE INFO.

 

ATI

 

Alerte info/Connectionivoirienne.net